Forum du Parti Communiste à Roanne

Toute l'actualité de la section PCF-FDG de Roanne, le programme, les animations, les rencontres... Venez débattre avec nous et devenez acteurs de l'avenir à Roanne.

Bienvenue Invité sur le Forum du Parti Communiste à Roanne
Nous sommes le Mer 13 Déc - 13:58
Tu es nouveau membre? Présente-toi ici

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Alexis Tsipras annonce sa démission

Partagez
avatar
Admin
Administrateur

Messages : 50
Date d'inscription : 25/06/2015
Age : 53
Localisation : Mably

Alexis Tsipras annonce sa démission

Message par Admin le Jeu 20 Aoû - 20:47





Alexis Tsipras annonce sa démission, ouvrant la voie à des élections anticipées en Grèce



« Le mandat que j’ai reçu le 25 janvier a atteint ses limites », a-t-il déclaré lors de son intervention, ajoutant qu’il voulait « soumettre au peuple grec tout ce que [il a] fait, afin qu’il décide de nouveau ». « Vous déciderez avec votre vote si vous approuvez l’accord ou non, et qui peut mener les réformes nécessaires », a déclaré Alexis Tsipras avant de solliciter à nouveau la confiance des électeurs pour mettre en œuvre son programme.


Cette décision était attendue depuis que le premier ministre, arrivé au pouvoir en janvier, a perdu sa majorité lors de l’adoption, dans des conditions houleuses, du troisième plan d’aide. Celui-ci est conditionné à une liste de nouvelles mesures d’austérité prioritaires à appliquer dès cet été.

Selon les règles politiques grecques, un gouvernement minoritaire doit en effet toujours s’assurer au moins 120 voix au sein de sa coalition. Or, seuls 118 députés de Syriza et d’Anel, la formation de droite souverainiste associée à Syriza dans la coalition gouvernementale, ont voté en faveur du plan. Une trentaine de membres de Syriza, y compris l’ex-ministre des finances Yannis Varoufakis, se sont prononcés contre et le texte a été validé à la majorité grâce au soutien des trois grands partis d’opposition, Nouvelle Démocratie (conservateur), le Pasok (socialiste) et To Potami (centre gauche).


L’ampleur de la fronde de l’aile gauche de Syriza contre le premier ministre Alexis Tspiras, qui bénéficie encore d’une solide popularité auprès des Grecs, a surpris par son ampleur. Après le vote d’une première salve de réformes les 15 et 22 juillet lors desquels des oppositions au sein de son parti s’étaient déjà exprimées, le parti est désormais au bord de l’implosion.

Le calendrier a dû être précipité

La Constitution grecque prévoit une procédure relativement complexe pour l’organisation d’élections anticipées lorsque celles-ci doivent se tenir moins de douze mois après le scrutin précédent. Une fois que le premier ministre remet sa démission, le chef de l’Etat, Prokopis Pavlopoulos, ne peut pas convoquer immédiatement un nouveau scrutin mais doit d’abord consulter les dirigeants des autres partis pour voir s’ils sont en mesure de former un gouvernement. Ce n’est qu’en cas d’échec de ces consultations - plus que probable compte tenu de la composition du Parlement - que des élections seront annoncées et organisées.

La perspective d’élections anticipées à l’automne, les cinquièmes en Grèce depuis octobre 2009, était connue depuis plusieurs semaines mais Tsipras a dû précipiter son calendrier après la perte de sa majorité au parlement. Cette accélération s’explique également par la volonté de Tsipras de retourner devant les électeurs avant que se fassent sentir les effets des nouvelles mesures d’austérité.

Dans la foulée de l’annonce de futures élections, Martin Selmayr, chef de cabinet du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a indiqué que des élections anticipées en Grèce, « pourraient conduire à un soutien élargi au programme du MES (mécanisme européen de stabilité), qu’Alexis Tsipras a récemment signé ».


Lire sur Le Monde
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mer 13 Déc - 13:58