Forum du Parti Communiste à Roanne

Toute l'actualité de la section PCF-FDG de Roanne, le programme, les animations, les rencontres... Venez débattre avec nous et devenez acteurs de l'avenir à Roanne.

Bienvenue Invité sur le Forum du Parti Communiste à Roanne
Nous sommes le Ven 21 Juil - 10:28
Tu es nouveau membre? Présente-toi ici

Intervention politique de René Lapallus, fête de MABLY

Partagez
avatar
Admin
Administrateur

Messages : 50
Date d'inscription : 25/06/2015
Age : 53
Localisation : Mably

Intervention politique de René Lapallus, fête de MABLY

Message par Admin le Ven 10 Juil - 10:11




Chers amis, chers camarades,

Les communistes roannais sont heureux de vous accueillir à l’occasion de la 71ème édition de la Fête des sections roannaises du PCF.
Cette fête ne peut avoir lieu que grâce à l’action militante et au travail des camarades qui donnent beaucoup de leur temps pour monter et tenir les stands.
Mais cette fête ne pourrait se dérouler sans l’appui technique et financier des collectivités et le sponsoring de plusieurs partenaires.
Permettez-moi donc de leur adresser à tous un grand merci.

Cette fête est avant tout un moment politique important sur le Roannais. Même si elle a perdu de l’influence au fil des années, on ne rappellera jamais assez que d’autres organisations ont tenté de faire un rassemblement identique à celui-ci sans réussite, ce qui les a conduites à ne pas poursuivre.

C’est donc tout à l’honneur des militants communistes que de signer une nouvelle édition sur l’espace du Merlin.

Mais la fête c’est aussi plein d’initiatives :
Des stands tout d’abord avec l’Association France-Palestine, Travail et Culture, Réseau Education Sans Frontière, les Amis de l’Huma, les Mouvement des Jeunes Communistes, le Centre d’Etudes et de Documentation du mouvement ouvrier de la Loire, l’Union Locale CGT du Roannais qui présente cette année à l’occasion de ses 120 ans d’existence une exposition très bien documentée sur sa vie de luttes et de conquêtes sociales...

Cette année nous accueillons avec plaisir la troupe de l’Amicale Laïque de Roanne « Amicalement Vôtre ».
Ce seront pas moins de 50 succès de la variété française qui seront revisités par les solistes de la troupe. Alors, nous vous espérons nombreux ce soir avec vos amis, vos voisins, votre famille pour venir les applaudir. Le spectacle est entièrement gratuit.

Après vous avoir brossé rapidement tout ce que vous pouvez faire et découvrir sur la fête, permettez-moi de faire un rapide tour d’horizon politique.
Je me limiterai à trois sujets d’actualité car je pourrais être plus loquace tant l’actualité politique du moment est riche d’évènements.

Tout d’abord, je veux rappeler l’ignoble acte terroriste que notre pays vient de connaître ces jours derniers. Après l’attentat sans précédent contre Charlie Hebdo, le terrorisme vient de frapper une nouvelle fois sur le territoire national avec pour la première fois la décapitation d’un citoyen sur le sol français.
Le même jour, c’est la Tunisie qui subit elle aussi un nouveau drame ainsi que le Koweït, l’Egypte ;
les djihadistes de DAECH viennent une nouvelle fois encore de se mettre en évidence en organisant d’odieux carnages.
Au-delà des actes perpétrés à l’étranger, nous constatons une fois de plus l’intensification des cellules djihadistes sur le sol français, dont notre Pays est l’un des principaux fournisseurs de combattants en Syrie et en Irak.

Nous condamnons avec la plus grande fermeté ces actes odieux comme nous condamnons tout amalgame dans lequel voudrait nous entraîner la droite et l’extrême droite.
Les récents propos de M. Valls sur la civilisation sont plus qu’ambigus sur le sujet.
Nous demandons au Chef de l’Etat et au Gouvernement de donner les moyens nécessaires aux forces de police et de gendarmerie ainsi qu’à la justice pour faire efficacement son travail.

Autre sujet d’actualité : la Grèce.
Depuis l’élection d’Alexis Tsipras et de Syrisa, le 25 janvier dernier, la Troïka (BCE, FMI et Commission européenne) s’acharne sans précédent contre le peuple grec.
 
Pour autant, il y a quelque chose de nouveau au sein de l’Union Européenne.
Pour la première fois, en effet, un parlement avec tout un peuple résistent aux chantages et aux irresponsables pressions de l’oligarchie financière qui dicte sa loi et qui s’est fixé comme objectif d’asphyxier la Grèce et de réduire à néant le choix souverain des électeurs qui ont mené Syrisa à la tête du pays.

Jamais depuis le début de la construction européenne un tel affrontement de « classe » entre les autorités les plus puissantes de l’Union Européenne et un pays membre n’avait encore eu lieu.
Jusqu’à présent les principaux dirigeants et oligarques européens avaient l’habitude de traiter avec des interlocuteurs consentants ou malléables.
Aujourd’hui, nous voyons un Gouvernement issu de la mobilisation du peuple résister et rester fidèle à ses engagements.

Pour les autorités européennes, ce Gouvernement a l’outrecuidance de consulter son peuple dans le cadre d’un référendum pour lui demander son avis sur les propositions formulées par la Troïka ; du jamais vu, cet acte est insoutenable pour les Junker Lagarde, Merkel, Hollande, Dragui, Moscovisi, tout l’aéropage du libéralisme européen et français.

Ils craignent comme la peste de se voir submerger par une vague populaire qui pourrait devenir irrésistible grâce à la force de l’espoir d’une autre Europe, vœu que nous appelons tous au sein du Front de Gauche.
Dès lors, il est devenu décisif pour notre avenir que le difficile combat de Syrisa finisse par réussir.
Pour cela, nous devons poursuivre nos actions de solidarité avec le peuple grec.
Nous avons besoin d’avoir une action beaucoup plus volontariste dans cette bataille d’idées sur la dette grecque.
Nous devons informer nos concitoyens et rétablir la vérité.
En effet, sur les 200 milliards qui ont été octroyés par les 14 Etats membres de la zone euro, dont la France, seuls 10 % sont arrivés dans les caisses de l’Etat grec, les 90 % restants sont allés aux Banques. Ils ont donc peu servi à payer les salaires, les retraites des fonctionnaires, pas plus à faire fonctionner les hôpitaux qu’à entretenir ou à créer des infrastructures.
Ils ont par contre servi à remplir les coffres des banques, lesquelles entre parenthèse, ont été à l’origine de la crise.
 
Alors on comprend mieux les raisons de la Troïka qui rejette les propositions de Syrisa de taxer les hauts revenus et le capital.
On comprend mieux aussi son attitude qui privilégie une étroite collaboration avec le leader de l’opposition Stavros Theodorakis et à qui on déroule le tapis rouge au point qu’à Athènes les observateurs dénoncent un coup d’état silencieux.
On comprend mieux pourquoi la Troïka prend le risque d’affaiblir Syrisa et de mettre en avant l’Aube Dorée. On dit que l’histoire ne se répète pas mais le capitalisme ne change pas.

Avant guerre, c’étaient les mêmes qui disaient plutôt Hitler que le Front Populaire : même si ce n’est plus les mêmes personnes, les objectifs restent hélas les mêmes.
Dans ce concert ignoble de la Troïka et des instances européennes, on peut encore une fois regretter la position ambigüe du Gouvernement français face à ce déferlement de propositions plus austéritaires les unes que les autres.
 
Une fois encore F. Hollande et M. Valls jouent la musique du double langage mais au final s’aplatissent devant les exigences ultra libérales de la Troïka.
Il en est ainsi de la politique étrangère comme de celle que nous connaissons au niveau national.
Je me garderai bien d’épiloguer sur le choix social libéral qu’ont fait le Président de la République et son Premier Ministre, bien loin du discours du Bourget. Mais ce choix est pleinement assumé ; y compris par les militants socialistes puisqu’il vient d’être confirmé lors du dernier congrès du PS où la tendance majoritaire l’a emporté avec 70 % des suffrages.

Une page de l’histoire de la gauche vient de se tourner.
Il est plus que temps que toutes les forces véritablement à gauche se rassemblent pour créer une alternative à cette politique du PS qui est en fait une tromperie, une duperie pour toutes celles et tous ceux qui ont espéré un changement à la politique sarkoziste qui avait pourtant déjà fait tant de mal aux citoyens et à notre pays.
 
Oui, nous devons tourner la page complètement illusoire qui laisserait penser que l’exécutif du PS et le Gouvernement changeraient leur stratégie.
Ne nous leurrons pas, cette stratégie est pleinement assumée.
Philippe Noguès, le député qui vient de quitter le groupe PS à l’Assemblée Nationale, le dit clairement, je le cite :
« le PS s’est droitisé, social-libéralisé. Ce parti n’a plus rien à voir avec les valeurs de gauche ; il suffit de demander leur avis à nos électeurs et de regarder les résultats, élection après élection. » et il poursuit : « aujourd’hui, le PS en tant que structure n’est plus du tout en mesure de rassembler l’ensemble des forces de gauche. »
A la suite de cette démission il vient avec d’autres de quitter le PS et de fonder « la nouvelle gauche socialiste ». En à peine une semaine, plus d’un millier de militants socialistes vient de rejoindre cet appel qui souhaite aux côtés du Front de Gauche être partie prenante d’une coalition des gauches sociales, radicales et écologistes, alternative au PS.

Cet appel nous satisfait pleinement et nous espérons qu’à la gauche d’EELV cet appel soit entendu aussi.
Ne nous voilons pas la face, les courants anti-austérité et le Front de Gauche n’incarnent pas pour l’instant une relève crédible. Les partis politiques qui le composent, et pour celui qui me tient à cœur le PCF, ont un travail à mener pour être mieux en prise avec nos concitoyens. Nous devons pour cela être en mesure de faire notre autocritique sur notre façon de fonctionner.

Les communistes roannais s’impliquent dans cette démarche et de plus en plus dans des actions locales défendant les Roannais.
Ainsi nous sommes à fond sur les questions des transports et qui fera l’objet du débat de cet après-midi.
Nous sommes aux côtés des médecins qui luttent contre la désertification médicale du Roannais et la loi Touraine.
Nous sommes aux côtés des enseignants et des parents d’élèves qui luttent contre la politique d’Yves Nicolin qui vient de leur supprimer les classes transplantées.
Nous sommes aux côtés de RESF à qui le Premier Magistrat veut supprimer la mise à disposition des locaux et à travers cette initiative tente d’annihiler l’action que RESF mène pour les sans toit et les sans papier.
Comme nous sommes aux côtés des salariés en lutte pour leur emploi.

Partout avec les autres forces qui constituent le Front de gauche et au-delà, nous devons multiplier les initiatives, nous associer à celles qui sont initiées par la société civile ; ce sont autant de gestes à déployer ou à saisir qui doivent permettre l’intervention citoyenne et la mise en mouvement populaire.
L’heure ne peut pas être à l’illusion qui serait de croire qu’un Syriza à la française peut prendre essor sur les ruines de la social-démocratie.

Il faut créer un sursaut unitaire ; un sursaut qui permette de retrouver le chemin d’un peuple qui s’éloigne de plus en plus de la gauche parce que le discrédit est grand ; un sursaut qui soit de nature à remobiliser celles et ceux qui ont perdu confiance en leurs capacités de changer le cours des choses.

Le sursaut ne deviendra possible qu’à travers un changement complet de nos comportements.
Je suis inquiet de voir se renouveler ce qu’on a connu aux Présidentielles en 2003 quand j’entends Pierre Laurent, Jean-Luc Mélenchon, Cécile Duflot et d’autres encore se dire disponible pour les Présidentielles. N’y a-t-il pas un risque de dispersion ?
Ce serait la pire des choses que notre avenir politique national ne se mesure qu’à des problèmes de personnes sans tenir réellement compte de la gravité de la situation politique dans laquelle nous sommes.
Avant de désigner notre candidat, engageons nous au contraire dans un travail sur une sorte de pacte républicain qui deviendrait alors notre programme commun.

Engageons partout le débat sur différentes pistes de travail qui pourraient être les suivantes, notamment :
• Sur la rupture nécessaire avec le pacte européen d’austérité mais aussi en travaillant sur une nécessaire politique internationaliste ;
• Sur une nouvelle forme de développement et de ré industrialisation qui permettrait de favoriser une relance de la production écologiquement soutenable et durable ;
• Sur une réforme fiscale de nature à initier une redistribution des richesses ;
• Sur la remise sous contrôle public du système bancaire afin de réorienter la conversion écologique de l’économie mais aussi l’aide en direction des PME – PMI ;
• Sur les avancées sociales nécessaires au Pays ;
• Sur enfin la revitalisation démocratique dont le Pays a tant besoin en travaillant sur nos institutions parce que la Vème République est à bout de souffle.

Chers amis, chers camarades,
Des forces existent jusqu’au sein même du PS et surtout auprès de son électorat déçu pour enclencher cette dynamique de rassemblement.
L’émergence d’un pôle uni de la gauche sociale et écologiste est nécessaire à la vie d’une démocratie digne de ce nom.
Additionnons nos qualités plutôt que de les soustraire.
Respectons nos différences, nos divergences de vue parfois.
Allons vers tout ce qui nous unit, c’est là l’essentiel.
Nos idées n’ont pas cessé d’être neuves : le terrible et beau combat du Gouvernement et du peuple grec en est la preuve vivante.
La dure générosité du rassemblement fraternel ne dissout pas nos identités. Soyez en sûr. Elle doit être la chance de renaître beaucoup plus fort.
Bonne fête et levons le verre à la réussite de nos projets communs. Merci de votre attention.

    La date/heure actuelle est Ven 21 Juil - 10:28